Phalange Marseillaise

bataillon-de-volontaires-nationaux

Phalange Marseillaise :

 

Date de formation : elle fut formée le 19 octobre 1792.

Formation : deux bataillons formèrent la phalange marseillaise.

Historique :

1792 :

En octobre, une expédition fut décidée sur la Sardaigne. Le 19 octobre, Marseille leva deux nouveaux bataillons uniquement formés de phocéens. Cependant :

« La phalange marseillaise était un corps de moralité dangereuse, composé d’enfants et de la lie de la population des départements de Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. A vrai dire, elle n’avait de marseillais que le nom, la majeure partie des éléments qui la constituaient étaient de ces gens sans aveu et de nationalité incertaine qu’on ne trouve que dans les villes maritimes ou voisines des ports. Ces volontaires-là ne s’étaient enrôlés que par soif de rapines et de brigandages, avec l’espérance de pouvoir piller et tuer sans crainte du châtiment. Ce sont ces bandits qui ont déshonoré les bataillons de Provence, car, à côté de ces éléments d’anarchie, il s’y trouvait des jeunes gens du pays animés d’un excellent esprit de patriotes sans-culottes »[1].

1793 :

Les retards de la Marine n’en permirent son exécution qu’au mois de janvier. Un corps de 6 000 fédérés des villes côtières fut rassemblé sous le nom de phalange marseillaise. Il se composait en réalité pour la ville de Marseille de deux bataillons dénommés bataillons de Marseille. Débarqués le 12 février, les fédérés attaquèrent le 16 février le fort Saint-Elme, mais les Marseillais se débandèrent et s’enfuirent aux cris  de « Nous sommes trahis ! On tire à balles ! ». Les troupes furent rembarquées et déposées au mois de mars à Villefranche, la redoutable phalange marseillaise fut dissoute !

sehri

1er bataillon de Marseille ou de la Phalange Marseillaise :

 

Date de formation : 19 octobre 1792.

Historique :

1792 :

Le 1er novembre, le bataillon servait dans les rangs de l’armée d’Italie, 1ère division du général Dagobert, 3ème brigade[2].

1793 :

Le 5 mars, le bataillon servait dans les troupes de l’armée d’Italie, et se trouvait à l’expédition de Sardaigne fort de 543 hommes[3].

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 103ème demi-brigade de bataille fut formée le 10 janvier 1795, à Toulon, selon Belhomme, le 7 février selon Louis Susanne. Elle se compose du 1er bataillon du 52ème, du 1er bataillon de Marseille et 2ème bataillon du Luberon.

2ème formation :

La 103ème de bataille devint à l’armée d’Italie, la 11ème demi-brigade de ligne.

sehri

2ème bataillon de Marseille ou de la phalange marseillaise :

 

Date de formation : 19 octobre 1792.

Historique :

1792 :

Le 1er novembre, le bataillon servait dans les rangs de l’armée d’Italie, 1ère division du général Dagobert, 3ème brigade[4].

1793 :

Le 5 mars, le bataillon se trouvait dans les troupes de l’armée d’Italie, et servit à l’expédition de Sardaigne fort de 214 hommes[5].

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 22ème demi-brigade de bataille fut formée le 20 avril 1794, à Antibes, selon Belhomme. Toutefois Susanne place cette date au 22 septembre 1793. Sa formation comprenait le 2ème bataillon du 11ème régiment d’infanterie, le  bataillon de Martigues et le bataillon des Bouches-du-Rhône. Belhomme indique quant à lui qu’il s’agit du 2ème bataillon de Marseille et du bataillon de Martigues ce qu’avalise également le journal de l’an VII.

2ème formation :

Avec la 14ème de bataille, la 22ème  elle fut amalgamée à l’armée d’Italie pour former la 63ème demi-brigade de ligne.

Article de Laurent B.

sehri

[1] Peyrou, Expédition de Sardaigne, le lieutenant-colonel Bonaparte à la Maddalena, 1792-1793, 1912, p. 47.

[2] Chuquet, Dagobert, p. 438 à 440.

[3] Ordre de bataille de la collection Nafziger, armée française d’Italie, le 5 mars 1793.

[4] Chuquet, Dagobert, p. 438 à 440.

[5] Ordre de bataille de la collection Nafziger, armée française d’Italie, le 5 mars 1793.

Publicités