3e bataillon de la Corrèze

bataillon-de-volontaires-nationaux

3ème bataillon de la Corrèze :

Date de formation : 1792 ?

Historique :

En janvier 1793, le bataillon se trouve à Phalsbourg1. Le journal Le Moniteur évoqua le fait qu’il écrivit à la Convention nationale ses félicitations pour la condamnation à mort du roi Louis XVI :

« Les citoyens formant le 3e bataillon de la Corrèze, ceux du 5e bataillon de la Drôme, ceux du 1er bataillon des Ardennes, applaudissent à l’exécution du jugement de Louis Capet, déclarez disent-ils, la guerre à tous les ennemis de la souveraineté des peuples. Nous sommes armés pour les défendre, aucun de nous ne quittera son poste, que le dernier des despotes n’ait, comme Capet, payé de sa tête sacrilège tous les maux qu’il a fait au genre humain »2.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 42ème demi-brigade de bataille fut formée le 23 juin 1794, à Helanstins, selon Belhomme. Sa formation comprenait le 2ème bataillon du 21ème régiment d’infanterie, le 3ème de la Corrèze et le 1er bataillon des Amis du Bas-Rhin.

2ème formation :

En 1796, la 42ème de bataille devint à l’armée de Rhin et Moselle, la 38ème demi-brigade de ligne.

Portraits :

Joseph Delfaut, il prit le surnom de Démophile et il fut l’un des membres fondateurs de la Société Populaire de Tulle. Il était officier au 3ème bataillon de la Corrèze.

Roger De Fontenay, né le 18 octobre 1763, à Dannemarie en Haute-Marne. Cadet à l’école militaire de Paris (2 janvier 1778). Sous-lieutenant surnuméraire au 21e d’infanterie (6 mai 1780), sous-lieutenant en pied (29 novembre 1782), lieutenant (1er avril 1791), capitaine (6 février 1792). Chef de bataillon au 3e bataillon de la Corrèze (22 nivôse an II), destitué (5 prairial en III). Réintégré par décret du Comité de Salut Public (19 thermidor an III). Il passa de la 38e de ligne dans la 110e demi-brigade de ligne comme chef de bataillon, ordre du ministère de la Guerre (3 frimaire an VII). Retiré avec solde de retraite (11 janvier 1804). Chef de la 19e cohorte (10 avril 1812). Confirmé dans ce grade par décret du 4 septembre 1812. Commandant au 152e d’infanterie de ligne (février 1813). Retraité à nouveau (14 août ) Campagne à l’Armée du Rhin (1791-1798), campagne à l’Armée d’Helvétie (1799), puis à nouveau à l’Armée du Rhin (1800-1801)3.

Treich-Desfarges, lieutenant-colonel, commandant le 3e bataillon de la Corrèze à sa formation, il était un militant des sociétés populaires qui embrassa le parti Girondin, il s’illustra lors du conflit qui opposa son parti à Marat.

sehri

Article de Laurent Brayard

1 Journal Militaire de 1793.

2 Réimpression du Moniteur, tome quinzième, p. 614.

3 Historique du 152e d’infanterie, 1893, pages 193 et 194.

Publicités