Légion des braconniers-montagnards et Légion de Corbières

braconniers-montagnards-ou-9e-bataillon-de-laude

Légion des braconniers montagnards et Légion de Corbières :

Date de formation : 1793.

Formation :

Didier Davin indique que la Légion des Corbières est une unité levée dans l’Aude (districts de Lagrasse et Quillan donc la région des Corbières), devant l’avancée espagnole en avril 1793, appelée aussi Légion des braconniers montagnards ou légion des chasseurs des Corbières, environ 2 000 hommes commandés par François Berlioz. Les hommes ne devaient défendre que leur région aussi quand il fut question d’aller dans le Roussillon à l’armée des Pyrénées-Orientales, il y eut des désertions massives.

Jacques Estrampes éclaire un peu plus le sujet : dans le district de Quillan (Pyrénées) furent levés 1 200 hommes dans la Légion de montagnards ou braconniers-montagnards ou 9ème bataillon de l’Aude des braconniers-montagnards. Le représentant du peuple avait exigé à un moment huit compagnies franches, bien que cela se termine en la formation d’une légion, le nombre de huit correspond aux nombre des cantons, et il s’agit bien de toute façon d’une levée qui prit la forme d’une compagnie par canton. Elles portèrent un numéro et/ou le nom du chef-lieu de canton. Avant d’être envoyé à l’armée, il y eut une autre organisation, puisqu’on passa à douze compagnies franches, mais aucun bataillon ne fut formé, cela est bien précisé. Les compagnies étaient à Perpignan à la mi-juillet 1793. A Perpignan, ces douze compagnies furent transformées en bataillon de « braconniers-montagnards du district de Quillan ». Dans le district de Lagrasse (Corbières) fut levée  une Légion des chasseurs de Corbières composée de 600 hommes qui fut organisée ultérieurement en bataillon. Il est fort probable que la seconde unité ait été versée dans la première.

Historique :

1793 :

Le 1er septembre, l’unité est signalée à l’armée des Pyrénées-Orientales, dans Sigean[1].

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 10e demi-brigade provisoire de bataille est formée le 25 août 1795 à Perpignan selon Belhomme. Elle se compose avec le bataillon de Béziers, le 5ème bataillon de la Haute-Vienne et le bataillon des Braconniers Montagnards.

2ème formation :

La 10ème provisoire semble avoir été versée dans la 63e demi-brigade de ligne, le 19 janvier 1797.

Portrait :

Louis Méjan, futur colonel du 31ème léger, capitaine de grenadiers au 6ème bataillon des volontaires de l’Aude (mars 1793), nommé chef de bataillon des braconniers-montagnards par le général Flers (5 juillet), les braconniers-montagnards furent d’après une correspondance du général Dagobert du 21 août 1793 transférés de la montagne de Mosset au Mont Libre. Méjan (et ses braconniers-montagnards) se fit remarquer à la 1ère bataille du Boulou, où il monta à l’assaut parmi les premiers (15 octobre), chef de brigade de la 1ère demi-brigade d’éclaireurs sur proposition du général Pérignon (23 février 1795), puis de la 10ème demi-brigade provisoire à l’armée des Pyrénées-Orientales (30 juillet 1795).

Article de Didier Davin, Jacques Estrampes et Laurent B., dessin de Didier Davin

sehri

[1] Ordre de bataille de la collection Nafziger, armée des Pyrénées-Orientales, 1er septembre 1793.

Publicités