Autres unités de la Sarthe

Compagnie des volontaires de la Sarthe :

soldats-de-la-revolution-3

Date de formation : 1792.

Formation :

Le département fournit d’après Belhomme deux compagnies supplémentaires de volontaires.

Historique :

1793 :

Elles se trouvaient à Lisy près de Meaux (janvier)1. Elles furent versées le 16 mars par le général Leygonier dans le 12ème bataillon d’Angers, formé à Angers avec deux compagnies de réquisitionnaires de la Haute-Marne, deux de l’Aveyron et deux de la Dordogne.

Compagnie franche dite de contre-chouans :

guerre de vendée 2

Date de formation : juin 1795.

Formation :

Le représentant en mission Génissieu, officiant dans la Sarthe et dans l’Orne, ordonna la levée d’un contingent de 300 hommes dans le district de Mamers, fin de lutter contre la chouannerie (janvier 1795). Le district décida de convoquer 151 hommes de Mamers, 131 de La Fresnaye, 119 de Marolles, 99 de Saint-Cosme et 129 de Courgains, soit 629 hommes pour en choisir 300 selon la réquisition faite par le représentant en mission. Il fut impossible de fournir ce contingent devant l’hostilité générale des populations, cependant la présence du général Vincent motiva la formation d’un compagne franche d’élite, dite de contre-chouans.

sehri

Légion de la Sarthe :

Date de formation : 19 septembre 1799.

Formation :

Une loi du 19 septembre 1799 prescrit la formation dans les départements de la Sarthe, de l’Orne, de la Mayenne, du Maine-et-Loire, de la Loire-Inférieure, du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine, d’une Légion portant le nom du département et recrutée d’habitants du pays. Chaque Légion était composée d’un bataillon d’infanterie légère, d’une compagnie de chasseurs à cheval. Le bataillon se composait de huit compagnies de 3 officiers et de 147 hommes. 6 de ses compagnies étaient formées de chasseurs, 1 de sapeur et 1 de carabiniers.

L’uniforme est celui de l’infanterie légère, le Directoire était en charge de nommer les officiers et les sergents majors, les soldats élisaient toutefois encore les sergents et les caporaux.

Historique :

La levée de la Légion de la Sarthe fut entravée par les troubles qui éclatèrent bientôt dans l’Ouest. Elle avait pourtant eut un commencement de formation au chef-lieu du département, mais sa formation fut avortée. Un arrêté des Consuls mit fin à sa formation en date du 31 janvier 1800.

sehri

Détachement de cavalerie nationale de la Sarthe :

Date de formation : printemps 1793.

Historique :

1793 :

Un détachement de 16 cavaliers nationaux de la Sarthe était présent fin juin 1793, dans la division de Niort, armée des Côtes de la Rochelle.

sehri

Dragons de la Sarthe dit dragons de la Montagne :

Note de Didier Davin

Date de formation : octobre 1793

Historique :

1793 :

Parmi les unités réunies pour former en mars, le 13e bis de chasseurs à cheval, il y avait les dragons de la Sarthe dit dragons de la Montagne. Cette unité avait été formée par le représentant dans la Sarthe et le Loir et Cher, Garnier de Saintes, en plus de la levée du contingent de cavalerie de 30 000 hommes. Il en réunit plusieurs compagnies au Mans en octobre 1793, au moment de la virée de Galerne des Vendéens outre Loire et écrivit donc au comité de Salut Public qu’il s’occupait d’organiser une cavalerie pour contrer celle des rebelles. En décembre, il annonça qu’il avait pu réunir 1 200 hommes et qu’il aimerait bien leur donner le nom de dragons de la Montagne. Entre temps les Vendéens avaient été écrasés au Mans le 12 décembre.

1794 :

Le 15 janvier, le comité de Salut Public lui répondit que ses intentions étaient louables mais qu’avant de lever de nouvelles unités, il vaudrait mieux compléter les anciennes et que le nom de dragons de la Montagne attribuerait à cette unité qui n’a jamais combattu un prestige qu’elle ne méritait pas. En conséquence cette unité fut dissoute et versée dans d’anciens corps.

la pièce

Compagnie des canonniers de la ville de Mamers :

Date de formation : après le 22 août 1793.

Formation :

Les habitants de la ville de Mamers, devant les dangers de l’insurrection royaliste demandèrent au district (également à Mamers) de former une compagnie de canonniers, ce qui leur fut accordé.

sehri

Article de Laurent Brayard, et notes de Didier Davin

1 Journal Militaire de 1793.