Bataillons de réquisitions du Doubs

bataillon-de-volontaires-nationaux

12ème bataillon du Doubs :

Date de formation : selon Belhomme, il fut formé le 25 septembre 17931.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

Selon Camille Rousset2, il fut amalgamé dans la 194ème demi-brigade de bataille, avec le 2ème bataillon du 109ème d’infanterie et le 4ème bataillon du Bas-Rhin.

2e formation :

Il fut versé en seconde formation dans la 50e demi-brigade de ligne3.

sehri

16e bataillon du Doubs :

Date de formation : août 1793.

Formation :

Bataillon que nous ne connaissons que par la fiche de Jacques Viénot, rédigé par Frédéric Pradal.

Historique :

Etant donné que nous découvrons des numéro pour des bataillons de réquisitions du département du Doubs, (comme le 18e du Doubs pour le district de Quingey), nous pensons que le 16e du Doubs est l’un des autres bataillons de réquisitions dont nous n’avons pas encore découvert les véritables numérotations.

Portrait :

Jacques Viénot (1774-1851), originaire du Doubs. Entra au service dans le 16e bataillon du Doubs (15 août 1793). Passa aux guides de l’armée d’Italie (an 5) puis fut admis à la Garde des Consuls (an 8), il fit campagne à l’armée du Rhin (ans 2, 3, 4), à l’armée d’Italie (ans 5, 6), à l’armée d’Orient (ans 6, 7). Il combattit à Marengo (14 juin 1800). Après avoir obtenu tous les grades de sous-officier, il fut nommé adjudant à l’École militaire de Fontainebleau (an 11), sous-lieutenant (an 12), avant d’être versé dans la Garde, où il obtint ses épaulettes de capitaine (1808). C’est avec ce grade qu’il fut détaché à l’ESM, où le retrouva Pourcelot. Il poursuivit sa carrière comme chef de bataillon à l’ École royale militaire de La Flèche (1814) et l’ESM de Saint-Cyr (1818). Décorations : membre de la Légion d’honneur le 13 août 1810, chevalier de Saint Louis (1817), Officier de la Légion d’honneur (1825)4.


sehri

1er bataillon du district de Besançon :

Date de formation : 1793

Formation :

Ayant connaissance d’un 2e bataillon de réquisitionnaires du district de Besançon, un 1er bataillon eut forcément une existence, ce qui apparaît normal au vu du fait que Besançon était la capitale du département et la ville la plus peuplée de ce dernier.

sehri

2ème bataillon du district de Besançon :

Date de formation : 1793.

Formation :

Il fut certainement formé au moment de la levée en masse d’août 1793.

Historique :

Bataillon cité dans la fiche biographique du général Courtot dans le dictionnaire de Georges Six sur les généraux et les amiraux de la Révolution et de l’Empire. Il se trouvait à l’Armée du Rhin en septembre 1793.

Portrait :

Pierre-Antoine Courtot, naquit à Châtenois dans le territoire de Belfort le 20 novembre 1760. Soldat au régiment ci-devant de Rohan-Soubise (1778), il obtînt son congé (1783). Capitaine d’artillerie dans la garde nationale de Strasbourg (1789). Volontaire au 7ème bataillon du Bas-Rhin (13 octobre 1792). Lieutenant-colonel du bataillon (1er novembre), il servit à l’Armée du Rhin (1792-1795). Chef de brigade commandant une demi-brigade formée du 7ème bataillon du Bas-Rhin, du 2ème bataillon de Besançon et du bataillon des Réquisitionnaires de Gray (24 septembre 1793). Nommé général de brigade (2 novembre), il servit dans la division Desaix, armée du Rhin. Il fut blessé au combat de Gambsheim (décembre), général de division (9 avril 1794), servant à l’état de l’armée. Après le siège de Mayence (hiver 1794-1795), il fut condamné par contumace à trois mois de prison par le tribunal militaire d’Haguenau, démis de ses fonctions (1796). Ce jugement fut finalement annulé par le conseil de guerre permanent de la 5e division militaire de Strasbourg (2 février 1798). Il fut réintégré, mais de nouveau arrêté pour avoir été un complice du général Pichegru, dans ses tractations avec l’ennemi et les royalistes français (22 avril 1799). Cette fois-ci c’est la fin de sa carrière, il fut réformé (1800), mis à la retraite (1811), il mourut obscurément le 2 janvier 1829, à Strasbourg.

sehri

Bataillon de réquisition de Baume-les-Dames :

Date de formation : Levée en masse d’août 1793.

Bataillon de réquisition Saint-Hyppolyte :

Date de formation : Levée en masse d’août 1793.

Bataillon de réquisition de Pontarlier :

Date de formation : Levée en masse d’août 1793.

sehri

Bataillon de réquisition de Quingey, ou 18e bataillon du Doubs :

Date de formation : levée en masse d’août 1793.

Historique :

Le 2e bataillon du Doubs fut renforcé de 246 réquisitionnaires de la levée en masse de Quingey (18e bataillon du Doubs), le 3 mai 1794, qui devait être le solde ou la totalité du bataillon de levée en masse du district de Quingey5.

sehri

Bataillon de réquisition d’Ornans :

Date de formation : Levée en masse d’août 1793.

Notes de Laurent Brayard avec des travaux de Frédéric Pradal

sehri

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tomes 3 et 4.

2 Camille Rousset, Les volontaires, 1791-1794.

3 Champeaux, État militaire de la République française en l’an douze, p. 152.

4 Base Leonore : dossier LH/2698/80 (extrait).

5 Commandant Dumont, Les volontaires nationaux en 1791, page 87.

Publicités