2e bataillon du Calvados

bataillon-de-volontaires-nationaux

2ème bataillon du Calvados :

Date de formation : Selon Belhomme, il fut formé le 5 novembre 17911. Le commandant Dumont indique la date du 20 novembre 17912.

Historique :

1791 :

Il était composé de volontaires demeurés en surnombre après la formation du 1er bataillon du Calvados, et de compagnies de Caen, Falaise, Lisieux et Vire arrivées au fur-et-à-mesure à Lisieux en novembre. Il fut formé avec 570 hommes le 20 novembre, par les commissaires du département, Burcy, de Verrières et Brison, et passé en revue le même jour par le commissaire des guerres David, alors qu’il n’était ni habillé, ni équipé, ni armé. Il partit le 23 novembre, passa par Argences, Caen, Bayeux et arriva à Saint-Lô le 26 novembre, où il cantonna tout l’hiver complétant son instruction militaire.

1792 :

Le 1er janvier, le bataillon était en garnison à Saint-Lô3. Il en partit en mars pour se rendre à Granville, et il fut affecté lors de la déclaration de guerre, à l’armée du Nord. Il partit de Granville le 27 mai, passa par Abbeville le 12 juin, arriva à Arras le 14 juin, le 15 à Béthune, où il dut tenir garnison. Il laissa sur place son dépôt, et il fut envoyé en juillet au camp de Maulde, puis au camp de Maubeuge où il se trouvait le 10 août, comptant 450 présents. Il se constitua le 10 octobre une compagnie de canonniers, capitaine Boisgiroux, lieutenant Haynaut, sous-lieutenant Cardin. Il prit part à la campagne de Belgique sous Dumouriez, division de droite sous Harville en novembre. Le 6 décembre, il servait toujours dans la 2ème division du général Harville, avant-garde du général Montchoisy (1ère brigade). Il prit ses cantonnements d’hiver dans la région de Namur, Ciney, Emptinnes et Marche au mois de décembre.

1793 :

En janvier, il servait toujours dans cette armée, son dépôt se trouvant encore à Béthune. Le 13 janvier il stationnait à Rochefort, puis fit partie en février des troupes de l’expédition d’Hollande. Il servit à la division de gauche, sous Leclaire, division chargée d’observer Berg-op-Zoom, puis s’établissant à Zevenbergen. Le 1er mars, il servait dans la division de droite du général d’Arçon (519 hommes)4. Il servit à l’affaire de Loyers près de Namur le 18 mars, puis de Dinant le 27 mars et rentra au camp de Maubeuge en avril. Le 12 mai, il fournit une compagnie au 11ème bataillon de la Formation d’Orléans, capitaine Honoré, lieutenant Duchemin, sous-lieutenant Rivière. Il s’établit ensuite au camp de Famars en juin, cantonna à Avesnes en juillet, comprenant un effectif de 549 hommes. Il se trouvait à Jeumont sous les ordres de Gudin en août, puis à Maroilles le 27 septembre, à Cerfontaine le 29 septembre, au camp de la Madeleine en octobre, occupant le camp de Recquignies en novembre et décembre.

1794 :

Le 1er janvier, il servait à la division Vezu, comprenant 377 présents, et il cantonna à Cerfontaine, puis à Jeumont le 24 février. Il faisait partie de la division du général Desjardins, à Damousies en mars, après avoir été complété par de nombreux réquisitionnaires. Le 19 avril, il fit peut-être partie de la division du général Moreau, armée du Nord du général Pichegru. Il était fort de 951 hommes. Il campa près de Charleroi le 3 juin, et passa à l’armée de Sambre-et-Meuse du général Jourdan.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 97ème demi-brigade de bataille fut formée à Solre-le-Château, le 19 janvier 1794, selon Belhomme5, et le 17 août 1794 selon Susanne6. Le commandant Dumont indique la date du 6 juillet 1794 au camp d’Hardinghen7. Elle se composait du 1er bataillon du 49ème régiment d’infanterie, du 2ème du Calvados et du 2ème de Maine-et-Loire (2ème de Mayenne-et-Loire).

2ème formation :

La 97ème de bataille devint la 73ème demi-brigade de ligne, le 20 février 1796, à Luxembourg.

État des cadres à la formation du bataillon, revue du 20 novembre 17918 :

Lieutenant-colonel Louis-Armand Dumont Des Rivières, de Vire, 35 ans,

Lieutenant-colonel en second, Jacques Dejean, de Caen, 45 ans,

Quartier-maître trésorier Pierre-Jean Duperron, de Vire, 36 ans,

Adjudant-major Jean-Pierre Geffine, de Caen, 33 ans,

Adjudant sous-officier Jacques Boigiroux, de Lisieux, 27 ans,

Chirurgien-major Jean-Michel Morin, de Saint-Pierre-sur-Dives.

Compagnie de grenadiers :

Capitaine Michel-Charles Guérard De Cleny de Vire, 35 ans, lieutenant Auguste-Marc Géraud-Dubosc, sous-lieutenant Jacques Malo de Tocqueville dans la Manche, 34 ans.

1ère compagnie de Falaise :

Capitaine Pierre-Louis-Félix, Jacques Angot de Falaise, 23 ans, lieutenant Pierre Le Harivel d’Harcourt, 35 ans, sous-lieutenant François Cuvigny.

2ème compagnie de Caen et divers districts :

Capitaine Thomas Le Dosme dit Favierre de Toul, 51 ans, lieutenant Jean-Pierre Geffine de Caen, 33 ans, sous-lieutenant François-Marin Cosne de Bernay 26 ans.

3ème compagnie de Vire :

Capitaine Pierre-Louis Bosnière de Vassy, lieutenant Philibert-Louis Cassel De La Chaise de Caen, 52 ans, sous-lieutenant Pierre-Jean Rivière d’Aunay.

4ème compagnie de Caen :

Capitaine Louis-François Bazire de Caen, 38 ans, lieutenant Michel-Antoine-François Guillot de Bayeux, sous-lieutenant Le Marinier.

5ème compagnie de Caen et de Vire :

Capitaine Marie-Joseph-Thomas L’Honoré de Caen 28 ans, lieutenant Louis-François Louvet de Vire, 34 ans, sous-lieutenant Louis-César Lance de Noireau, 17 ans.

6ème compagnie de Lisieux :

Capitaine Jean-Baptiste Galopin de Lisieux, lieutenant Pierre-Yves Motte de Bonneval, 28 ans, sous-lieutenant Pierre-Jean Orey de Lisieux, 36 ans.

7ème compagnie (2ème de Vire) :

Capitaine Michel-Jean-Baptiste Hélie De La Vente de Caen, 31 ans, lieutenant Charles-Louis-François Duchemin de Vire, 44 ans, sous-lieutenant Pierre Carville de Vire.

8ème compagnie (1ère de Vire) :

Capitaine Etienne Brouard De Grammont de Vire, 26 ans, lieutenant Gilles Paris d’Airel dans la Manche, 37 ans, sous-lieutenant Pierre-Jacques Roussin de Vire, 21 ans.

État des cadres au moment de l’amalgame de 17949 :

Chef de bataillon Michel-Jean-Baptiste Hélie, (capitaine de la 7ème compagnie en 1791),

Chef de bataillon en second Jean-Pierre Geffine, (adjudant-major en 1791),

Quartier-maître Trésorier Pierre-Jean Duperron, (déjà ce poste en 1791),

Adjudant-major Jean-Baptiste Mancel,

Adjudant Sous-officier non connu,

Chirurgien-major Jean-Michel Morin, (déjà à ce poste en 1791).

Compagnie de grenadiers : capitaine M. J. F. Brochon, lieutenant J. F. Roussin, sous-lieutenant J. Capelle.

1ère compagnie : capitaine P. L. Bastard, lieutenant Pierre Le Harivel (déjà à ce poste en 1791), sous-lieutenant P. T. Moulin.

2ème compagnie : capitaine Thomas Le Dosme (déjà à ce poste en 1791), lieutenant François-Marin Cosne (sous-lieutenant à la compagnie en 1791), sous-lieutenant J. F. R. Pernet.

3ème compagnie : capitaine Pierre-Louis Bonnierre (déjà à ce poste en 1791), lieutenant P. J. Roussin, sous-lieutenant G. Letessier.

4ème compagnie : capitaine Louis-François Bazire (déjà à ce poste en 1791), lieutenant C. A. Piegeard, sous-lieutenant L. J. Meurillion.

5ème compagnie : capitaine Louis-César Lance (sous-lieutenant dans la compagnie en 1791), lieutenant Le Fournier, sous-lieutenant L. J. Detauville.

6ème compagnie : capitaine vacant, lieutenant C. Le Danois, sous-lieutenant J. P. Yvard.

7ème compagnie : capitaine vacant, lieutenant J. G. Jouenne, sous-lieutenant G. Guérin.

8ème compagnie : capitaine Gilles Paris (lieutenant dans la compagnie en 1791), lieutenant J. F. Robinne, sous-lieutenant P. Mitaine.

Article de Laurent B.

sehri

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

2 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires nationaux, p. 53.

3 Journal militaire de 1792.

4 Ordre de bataille de la collection Nafzinger, armée de Hollande, 1er mars 1793.

5 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

6 Louis Susane, Histoire de l’ancienne infanterie française.

7 Commandant Dumont, déjà cité, p. 53.

8 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires nationaux, p. 52.

9 Commandant Dumont, déjà cité, p. 53.

Publicités