2e bataillon de la Creuse

2ème bataillon de la Creuse ou 2ème bataillon de grenadiers et de chasseurs :

bataillon-de-volontaires-nationaux

Date de formation : 21 septembre 17921.

Historique :


1792 :

Levé pour répondre à la réquisition de 800 grenadiers et chasseurs faite le 12 août par le général Biron, commandant l’Armée du Rhin, le 2ème bataillon de la Creuse ne comptait, au moment où était dressé le procès-verbal de sa formation (21 septembre), qu’une compagnie de grenadiers et trois compagnies de chasseurs, totalisant en tout 346 hommes. Les volontaires quittèrent Guéret pour Strasbourg le lendemain. Ils furent tous armés de fusils et de baïonnettes2.


1793 :

Du 10 décembre 1792 au 15 janvier, le bataillon cantonna sur les bords du Rhin, à Rhinau, au sud de Strasbourg. Il fut chargé de la surveillance du fleuve3. Le 1er janvier, une quatrième compagnie de chasseurs fut formée avec 28 volontaires arrivés de Guéret depuis le 29 octobre et dix hommes fournis par chacune des autres compagnies4. Une compagnie formée à Guéret et partie le 26 décembre 1792 arriva le 18 janvier, devenant ainsi la compagnie n° 55. De la fin de janvier au début d’août, le bataillon était en cantonnement à Plobsheim, dans les environs de Strasbourg6. Une sixième compagnie fut formée le 5 mars avec 47 recrues parties de Guéret le 1er janvier et de 12 autres, parties le 14 février, ainsi qu’avec des volontaires venant des autres compagnies7. Les 7e et 8e compagnies de chasseurs furent formées les 1er et 3 juin8 avec des requis de l’Allier, du Rhône-et-Loire et de la Corrèze9. L’effectif du bataillon était alors de 937 hommes10. Une compagnie de canonniers avait été créée le 1er avril et avait reçu deux pièces d’artillerie11. Le bataillon était en cantonnement au camp de l’île de Schafsteg, sur le Rhin, du 10 août au début de septembre12. L’arsenal de Strasbourg lui fit parvenir 10 000 cartouches d’infanterie13, et le 12 septembre, 400 hommes du bataillon participèrent à une attaque contre le fort de Kehl, en face de Strasbourg. L’opération échoua à cause de la mauvaise volonté des bateliers strasbourgeois, et les Français repassèrent sur la rive gauche du Rhin14. On retrouva le bataillon creusois à Plobsheim le 11 brumaire an II (2 octobre), et il comptait alors 721 hommes présents sous les armes sur un effectif de 890 volontaires15.

1794 :

Cantonné de nouveau à l’île de Schafsteg pendant la première moitié de pluviôse (fin janvier)16, le bataillon reçut 220 hommes de nouvelle levée originaires du district de Saint-Dié (Vosges) et compta désormais 908 hommes présents. Le compte rendu de la revue signale que l’administration du bataillon était « dans un grand chaos », que « l’espèce d’hommes est bonne, les officiers ont besoin d’instruction »17. Nous le retrouvons à Marckolsheim de ventôse à floréal (février à mai), toujours chargé de la surveillance du Rhin18.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

Fort de 723 hommes présents sous les armes, en comptant 256 autres aux hôpitaux19, le bataillon fut embrigadé avec 1er bataillon du 48ème régiment d’infanterie et le 8ème bataillon de la Haute-Saône, dit de Luxeuil, le 8 messidor an II (26 juin) à Frankweiller, pour former la 95ème demi-brigade20.

2ème formation :

Le 29 pluviôse an IV (17 février 1796), il entra dans la composition de la 62ème demi-brigade de ligne21, avec la 4ème demi-brigade de bataille (3ème bataillon), la 140ème demi-brigade de bataille, le 4ème bataillon de Maine-et-Loire (partiellement) et le 4ème bataillon de Vosges-et-Meuse (partiellement)22.

sehri

État des cadres à la formation (21 septembre 1792)23 :


État-major :


Lieutenant-colonel en premier Claude-Louis
Gudin naquit à Auroux (Nièvre) en 1753, fils d’homme de loi, chef du bureau des impositions, puis payeur général du département de la Creuse, commandant de la garde nationale de Guéret.

Quartier-maître Léonard-Arnoult Guillon naquit à Moutier-d’Ahun en 1768.

Chirurgien-major Pierre Blandin naquit à Aubusson en 1768.

Tambour-major André Cabanet naquit à Saint-Étienne.

Adjudant-major Antoine-Nicolas Morizot naquit à Pesme (Haute-Saône) en 1762, soldat, caporal puis fourrier dans Aunis-Infanterie (1782-1789), adjudant sous-officier au 11ème bataillon du Doubs en septembre 1792, adjudant-major au 2e bataillon de la Creuse (8 décembre 1792).


Compagnie de grenadiers : capitaine Nicolas Arnoult naquit à Châtillon-sur-Saône (Vosges) en 1765, servit au régiment de Flandre-Infanterie (1781-1791). Élu lieutenant-colonel en second en février 1793. Lieutenant Jean-Baptiste Deplaigne naquit à Chénérailles en 1770, fils d’un tailleur d’habit. Sous-lieutenant Léonard Dumont naquit à Ahun en 1771, fils de marchand.


1ère compagnie de chasseurs : capitaine Pierre Mativet naquit à Saint-Médard-La Rochette en 1771, fils de cultivateur, étudiant. Lieutenant Augustin Paujoux. Sous-lieutenant Pierre Pinet naquit à La Souterraine en 1773, fils de négociant.


2ème compagnie de chasseurs : capitaine Joseph Tixier naquit à Bourganeuf en 1760, fils de marchand. Lieutenant Gilbert Picot né à Boussac en 1776, fils de cabaretier, servit 8 ans comme canonnier au corps royal des canonniers-matelots. Sous-lieutenant Jean-Baptiste Borde naquit à Bourganeuf en 1766.


3ème compagnie de chasseurs: capitaine Antoine-André Marchandon naquit à Saint-Vaury en 1771, étudiant en droit. Lieutenant Joseph Mage naquit à Aubusson en 1771, fils de négociant, étudiant, servit dans la Garde constitutionnelle de Louis XVI. Sous-lieutenant Félix Fauchier naquit à Guéret en 1773, fils de négociant.

Cadres des compagnies formées ultérieurement :


4ème compagnie de chasseurs : formée au bataillon le 1er janvier 1793 avec 28 volontaires arrivés de Guéret depuis le 28 octobre et 10 hommes tirés de chacune des autres compagnies. Capitaine François Fauchier, lieutenant Joseph Lagoutte naquit à Guéret, déchu par arrêté des représentants aux armées le 4 mai 1793, sous-lieutenant Antoine Coursaget naquit à Aubusson en 1769.


5ème compagnie de chasseurs : formée à Guéret le 26 décembre 1792 à partir d’un noyau de 47 volontaires du district de La Souterraine; rejoignit le bataillon le 18 janvier 1793. Capitaine Jacques Malieurat naquit à Jarnages en 1774. Lieutenant Léonard Deschamps naquit à Sannat en 1772, fils de bourgeois. Sous-lieutenant Léonard LETANG naquit en 1777 à Bénévent.


6ème compagnie de chasseurs : formée au bataillon le 5 mars 1793 par un noyau de 47 recrues parties de Guéret les 1er janvier, et 12 le 14 février, et un prélèvement sur les anciens volontaires. Capitaine Antoine-Nicolas Morizot précédemment adjudant-major. Lieutenant Valéry-Hieronimus Voisin (ou Voysin) né à Guéret, il avait servit dans les troupes de ligne. Sous-lieutenant Jean-Baptiste Fradet naquit à La Celle-Dunoise en 1774, fils de fermier, sergent des grenadiers à la formation.


Compagnie de canonniers : formée le 1er avril 1793, lieutenant Antoine Coursaget précédemment sous-lieutenant de la 4ème compagnie.


7ème et 8ème compagnie de chasseurs : formées du 1er au 3 juin avec 550 recrues des districts de Cusset (Allier), de Roanne (Rhône-et-Loire) et de Tulle (Corrèze).


7ème compagnie de chasseurs : capitaine Nicolas Groebly naquit à Dunebourg (Meurthe) en 1740. Soldat au régiment suisse de Viguier (1759), caporal (1762), sergent (1782), sergent-major, licencié (1792), instructeur du bataillon en 1792. Lieutenant Léonard Dumont précédemment sous-lieutenant de la compagnie de grenadiers. Sous-Lieutenant Jacques Lafond né à Chamborand en 1765, fils de laboureur, précédemment sergent-major au bataillon.

8ème compagnie de chasseurs : capitaine Joseph Mage précédemment lieutenant de la 3ème compagnie. Lieutenant Simon Canon naquit à Lépaud en 1774. Sous-lieutenant Sylvain Vincent né à Bourg d’Hem en 1769, précédemment sergent-major des grenadiers, puis adjudant sous-officier.

sehri

État des cadres le 8 messidor an II (26 juin 1794) au moment de l’amalgame :


Lieutenant-colonel en 1
er : C. L. Gudin

Lieutenant-colonel en 2ème : N. Arnoult

Quartier-maître : A. L. Guillon

Adjudant-major : L. Rouchon

Chirurgien : P. Blandin


Grenadiers : capitaine G. Picot ; lieutenant J. Deplaigne ; sous-lieutenant J. Rambert,


1ère compagnie : capitaine P. Mathivet ; lieutenant P. E. Pignet ; sous-lieutenant J. Simon,


2ème compagnie : capitaine J. Tixier ; lieutenant C. Doret ; sous-lieutenant J. B. Méchin,


3ème compagnie : capitaine A. Marchandon ; lieutenant L. Delestang ; sous-lieutenant L. Meunier,


4ème compagnie : capitaine R. Colson ; lieutenant L. Deschamp ; sous-lieutenant L. Poisonnier,


5ème compagnie : capitaine F. Fauchier ; lieutenant J. Gamichon ; sous-lieutenant F. Fillioux,


6ème compagnie : capitaine A.N. Morizot ; lieutenant J. B. Fradet ; sous-lieutenant J.A. Contenet,


7ème compagnie : capitaine N. Groebly ; lieutenant L. Dumont ; sous-lieutenant J. Lafond,


8ème compagnie : capitaine : J. Mage ; lieutenant vacant; sous-lieutenant S. Vincent,


Canonniers : lieutenant : G. Coursager ; sous-lieutenant L. François.

Article d’Olivier Siffrin et Laurent Brayard

sehri

1 Source : SHD – Xv29 ; C. Rousset, Les volontaires 1791-1974, Paris 1888, p. 432.

2 SHD – Xw 29.

3 SHD – B2 324.

4 SHD – Xv 11.

5 SHD – Xw 29.

6SHD – B2 324.

7 SHD – Xv 11.

8 SHD – Xv 11.

9 Général G. Dumont, Les levées révolutionnaires et les bataillons de volontaires nationaux de la Creuse, in Mémoire de la Société des Sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, T. XXVI (1935-1937), p. 523.

10 SHD – B2 324.

11 SHD – Xv 11.

12 SHD – B2 324.

13 J. Colin, La campagne de 1793 en Alsace et dans le Palatinat, Paris, 1902, p. 159.

14 J. Colin, op. cit., p. 309 et 318-319.

15 SHD – B2 324.

16 SHD – B2 325.

17 Général G. Dumont, op. cit., p. 523.

18 SHD – B2 325.

19 SHD – B2 325.

20 SHD – Xb 211.

21 SHD – Catalogue des séries 16 Yc 1.

22 D’après C. Rousset, op. cit., p. 383.

23 Données établies à partir de : SDH – 16 Yc1 112 Registre de contrôle du 2ème bataillon de la Creuse ; Xb 211 Archives de la 95ème demi-brigade ; Xw 29 Copie archives départementales Creuse ; Xv 11 Archives des bataillons de la Creuse. Archives nationales – AF II 365 A – Secrétariat d’Etat : enquête du Comité de salut public sur les cadres de l’armée en l’an II : 2e bataillon de la Creuse; G. Dumont, Les levées révolutionnaires et les bataillons de volontaires nationaux de la Creuse, in Mémoire de la Société des Sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, T. XXVI, 1935-1937).

Publicités