10e bataillon de la Côte d’Or

soldats-de-la-revolution-3

10ème bataillon de la Côte d’Or :

Date de formation : selon Belhomme1, il fut formé le 5 août 1793, le 19 septembre selon le Journal de l’an VII. Bataillon de réquisition.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 207ème demi-brigade de bataille fut formée le 27 juillet 1795, à Drusenheim, selon Belhomme. Elle se composait du 10ème du Doubs, du 14ème des Vosges et du 10ème de la Côte d’Or, et Selon Camille Rousset d’une partie du bataillon des amis de l’Honneur Français.

2ème formation :

La 207ème de bataille devint à l’armée de Rhin et Moselle, la 93ème demi-brigade de ligne.

Portrait :

François Bony, né Cressey-sur-Tille en Côte d’Or, le 20 décembre 1772, réquisitionnaire de la levée en masse dans le 10e bataillon de la Côte d’or (12 septembre 1793), lieutenant (24 septembre), passa dans la 207e demi-brigade de bataille (1795), puis peut-être dans la 93e demi-brigade de ligne (1796), blessé d’un coup de feu au côté droit à la bataille de Castiglione (août), s’illustra à la bataille d’Arcole, il passa l’un des premiers le cours d’eau, capitaine (19 février 1797), s’illustra à la bataille d’Hohenlinden (1er-3 décembre 1800), où il s’empara avec deux soldats de deux canons, chevalier de la Légion d’Honneur (16 mai 1804), s’illustra encore à la bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805), où avec sa compagnie, il fit 300 prisonniers autrichiens, chef de bataillon (28 octobre 1806), officier de la Légion d’honneur (17 novembre 1808), major à la suite (23 juin 1810), envoyé à l’armée d’Espagne, commandant une colonne mobile de 600 fantassins et 200 dragons dans la Sierra de Cordoue, la Manche et l’Estramadure, se conduisit humainement avec les populations, major au 4e de ligne (29 janvier 1811), chevalier de l’Empire (20 juin), colonel en second (21 février 1813), colonel (10 août), il fit la campagne de Saxe, à la tête du 19e régiment d’infanterie provisoire, s’illustra à la prise de la ville de Buntzlau, où à la tête de 800 hommes, il s’empara de la place défendue par trois régiments russes qui furent en partie fait prisonniers, général de brigade (27 septembre), servit à la bataille de Leipzig, fait prisonnier à son tour par les Russes (19 octobre), il rentra en France à la Première Restauration (28 juin 1814), chevalier de Saint-Louis (17 janvier 1815), après les Cent-Jours, chargé du licenciement des 9e et 20e divisions militaire de l’armée de la Loire, il était aussi chevalier de l’ordre de la Réunion, il mourut à Dijon, le 30 mars 1848.

sehri

Notice de Laurent Brayard

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tomes 3 et 4.

Publicités