Contingent de Confolens, levée des 8 et 10 mai 1793

gardes-nationales-en-vendee

Contingent de Confolens, levée extraordinaire des 8 et 10 mai 1793 :

Date de formation : entre le 8 et le 16 mai 1793.

Formation :

D’une force inconnue mais surtout composé de cavaliers, le contingent faisait suite à un décret du département mettant en réquisition les 4/5e des hommes de la garde nationale du département de 18 à 60 ans et devant être envoyés en Vendée avec ce qui pourrait leur être donné comme armes.

Historique :

1793 :

Il était commandé par le capitaine Deprat et se rendit à Poitiers où les hommes se trouvèrent vite en proie au plus grand découragement. Deprat écrivit (12 mai) :

« Poitiers compte infiniment peu de patriotes, la presque totalité des habitants de cette triste cité désire la contre-révolution et est très disposée à se remettre au pouvoir des brigands »1.

Les volontaires de ce district furent dirigés sur Ruffec, il s’agissait d’abord d’une compagnie de 100 hommes annoncée le 18 mai au district de Ruffec, d’une autre compagnie dirigée sur Melle, puis d’une troisième compagnie mis en marche le 26 mai.

Au début de juin fut procédé aux premiers licenciements des réquisitionnés extraordinaires de mars et mai 1793, « leur impatience était extrême, ceux du bataillon de l’Houmeau qui était leur commandant se montraient surtout pressants, ils veulent absolument être remplacés »2. Le nouveau général en chef Biron accéda à leur plainte, en décidant que l’on renverrait dans leurs foyers tous les hommes mariés des gardes nationales des campagnes, au fur et à mesure que les renforts et troupes de ligne arriveraient. Un premier quart fut licencié à Niort sous la surveillance du commissaire de la Charente Trémeau et de son collègue Lassée. Le 2 juin, l’arrêté de Biron fut promulgué, mais il revînt dessus (7 juin), car créant un fameux exemple affaiblissant grandement le moral de ceux restant sous les armes. Cependant les licenciements s’effectuèrent dans les bataillons d’Angoulême et de la Rochefoucauld, puis pour ceux de Confolens, Lecoq à Parthenay et Saint-Maixent, avalisant le retour des hommes de Cognac, puis à la Rochelle et Rochefort, où se trouvaient deux autres bataillons de la Charente. Vers le milieu du mois de juin le quart des réquisitionnés étaient partis.

Le contingent de Confolens forma le 22e bataillon de la Charente. D’autres volontaires du district furent incorporés dans des unités mixtes constituées de plusieurs départements notamment :

Compagnie d’Alloue, 86 hommes, capitaine Baumier, lieutenants Davaud et Henry,

Compagnie de Brillac et Chabanais, 70 hommes, capitaine Balier, lieutenants Rougier et Planteau-Maroussem,

Compagnie de Péruse, 70 hommes, capitaine Paulet, lieutenants Lambert et Villemandy,

Compagnie de Brigueil, capitaine Bérigaud, lieutenant Jollivet.

sehri

Article de Laurent Brayard

1 P. Boissonnade, Histoire des volontaires de la Charente pendant la Révolution, 1791-1794, Angoulême 1890, p. 182.

2 P. Boissonnade, Histoire des volontaires de la Charente pendant la Révolution, 1791-1794, Angoulême 1890, p. 194.

Publicités