Côte d’Or

bataillon-de-volontaires-nationaux

Bataillons de la Côte d’Or :

Levée de 1791 :

1er bataillon de la Côte d’Or, formé le 30 août 1791,

2e bataillon de la Côte d’Or, formé le 1er septembre 1791,

Levée de 1792 :

3e bataillon de la Côte d’Or, formé le 13 ou 25 août 1792,

4e bataillon de la Côte d’Or, formé le 14 septembre 1792,

5e bataillon de la Côte d’Or, ou 18e bataillon des Réserves, formé le 16 septembre 1792,

6e bataillon de la Côte d’Or, formé le 24 octobre 1792,

1er bataillon des grenadiers de la Côte d’Or ou 6ème autre bataillon de la Côte d’Or, formé le 1er septembre 1792,

6ème bis bataillon de la Côte d’Or ou 2ème bataillon des grenadiers, formé le 14 septembre 1792,

7e bataillon de la Côte d’Or, formé le 17 novembre 1792,

1er bataillon de chasseurs de la Côte d’Or,

2e bataillon de chasseurs de la Côte d’Or.

Levée de 1793 :

8e bataillon de la Côte d’Or, pour le siège de Lyon, formé le 23 ou 28 juillet 1793,

9e bataillon de la Côte d’Or, ou bataillon de réquisition de Dijon, formé le 11 octobre 1793,

10e bataillon de la Côte d’Or, formé le 19 septembre 1793,

10e bis bataillon de la Côte d’Or, formé le 9 septembre 1793,

11e bataillon de la Côte d’Or, ou bataillon de réquisition de Semur-en-Auxois, formé le 1er octobre,

13e bataillon de la Côte d’Or,

17e bataillon de la Côte d’Or, formé le 30 octobre 1793,

Bataillon du Mont-Terrible ou bataillon d’Auxonne, formé le 19 juin 1793, cité par Belhomme faisant certainement une confusion.

La Côte d’Or était départagée en sept district au début de la Révolution, soit Arnay-le-Duc, Beaune, Châtillon-sur-Seine, Dijon (9e bataillon), Is-sur-Tille, Saint-Jean-de-Losne, Semur-en-Auxois (11e bataillon), devant former à la levée en masse décrétée au mois d’août, un bataillon de réquisition chacun. Nous connaissons seulement de manière certaine deux des numéros en face des districts (pour Dijon et Semur-en-Auxois). Cinq autres numéros ne sont pas définis, depuis plus, seulement 6 bataillons de réquisition de levée en masse sont connus : 9e, 10e, 10e bis, 11e, 13e et 17e.. Il en manque un qui pourrait bien être le numéro 12 dont nous ne savons absolument rien. Nous n’expliquons pas pourquoi également le dernier bataillon le numéro 17 porte un numéro élevé, sans doute par la conscience d’un fonctionnaire qui vérifia combien la Côte d’Or avait levé de bataillons jusqu’alors. Si nous excluons les deux bataillons de chasseurs cités par Champeaux (qui n’étaient peut-être que quelques compagnies ou reliquats de volontaires du département), et si nous ajoutons un 12e bataillon de la Côte d’Or dans la liste, alors à cette date, lors de la formation du 17e bataillon de la Côte d’Or, ce dernier occuperait bel et bien la 17e position dans l’ordre chronologique de formation. Il s’agit très certainement d’une explication fort plausible. Il nous reste à définir quel bataillon avait été levé dans quel district, nous plaçons ici une information découverte dans les AD de la Côte d’Or (placée par erreur dans le 8e bataillon de la Côte d’Or), et qui de fait concerne en réalité le 1er bataillon de réquisition de Saint-Jean-de-Losne (le numéro 10, 10 bis, 12, 13 ou 17 de la Côte d’Or1.

24 septembre 1793, bataillon de Saint-Jean-de-Losne, 3e compagnie, levée en masse, capitaine Jean-Baptiste Mattron, Joseph Berthoz lieutenant, Jean Blondot sous-lieutenant, présents à la revue 93 hommes, non présents 2, inscrits sur les listes non enregistrés 7, réformés 21, total 123 hommes.

Autres unités levées :

1er bataillon auxiliaire de la Côte d’Or, formé en 1799,

2e bataillon auxiliaire de la Côte d’Or, formée n 1799,

1ère compagnie franche de la Côte d’Or,

2e compagnie franche de la Côte d’Or,

3e compagnie franche de la Côte d’Or,

4e compagnie franche de la Côte d’Or, pour l’armée du Midi,

Compagnie de canonniers nationaux de la Côte d’Or,

Chasseurs à cheval de la Côte d’Or, formés en juillet 1793.

sehri

Article de Laurent Brayard

1 Archives départementales de la Côte d’Or, série L, L 931.

Publicités