3e bataillon du Doubs

3ème bataillon du Doubs :

3e bataillon du Doubs

Cachet du 3ème bataillon du Doubs, document transmis par Jérôme Croyet

Date de formation : selon Belhomme, il fut formé le 5 août 17921.

Historique :

1793 :

En janvier, le bataillon se trouvait à Blaye2. Le 30 octobre, le bataillon servait à l’Armée du Rhin, centre, 2ème division3.

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 140ème demi-brigade de bataille fut formée selon Belhomme, le 29 juin 1794, à Answeiler. Toutefois Louis Susane indique la date du 28 juin 1794. Sa formation comprenait le 2ème bataillon du 75ème régiment d’infanterie, le 3ème du Doubs et le 11ème du Jura.

2ème formation :

Le 8 novembre 1796, la 140ème de bataille devint à l’armée de Rhin et Moselle, la 62ème demi-brigade de ligne.

sehri

Documents : transmis par Alain Klein

Histoire d’un baril trouvé en 1792/1793 :


« Le 19 juin 1793, an II de la République Française, à la réquisition du citoyen maire de la commune de Strasbourg, un officier municipal administrateur des établissements publics, nommé Louis Edelman, se rendit à 5 heures de relevé à la douane nationale pour faire transporter à la maison commune un baril arrivé il y a 6 à 8 mois de l’intérieur sans être muni d’une adresse. En présence du citoyen Hugard, notable, on procède à l’ouverture dudit baril et on en fait l’inventaire suivant en dressant un procès-verbal :


202 chemises,

3 paires de culottes,

5 vestes,

6 uniformes de garde nationale,

88 paires de guêtres,

32 paires de bas,

11 paires de souliers,

2 bonnets rouges,

1 bonnet de police,

2 habits bourgeois,

2 culottes et 1 veste bourgeoise,

1 sac sans adresse rempli d’effets,

1 havresac,

1 giberne,

1 sabre marqué d’un « R »,

1 chapeau portant la même marque « R » avec une houpette rouge,

1 mouchoir blanc à raies bleues,

Une lettre à l’adresse du citoyen Pierre Gaspar Dormoy, volontaire au 3ème bataillon du Doubs, armée du Bas-Rhin à Mosbach »

« Sept paquets avec adresses, à savoir :


Au citoyen Hugues Guillaud, volontaire au 3ème bataillon du Doubs, compagnie Laudet en cantonnement à l’armée du Rhin à Maoudal (sic),


Au citoyen Petitvienet, volontaire du 3ème bataillon du Doubs, compagnie Morizot, armée du Rhin, division Munier près Mannheim à Maudach de la part de son père,


– Au citoyen Étienne Gaudinot, volontaire du département du Doubs à Worms,


Au citoyen Jean-Gaspar Dumai, volontaire au 3ème bataillon du Doubs,


Au citoyen Louis-Xavier Morel, canonnier volontaire au 3ème bataillon du Doubs, armée du Rhin près Franckenthal à Moldach,


Au citoyen Cuienien, volontaire au 3ème bataillon du Doubs, compagnie Laudet à Maouda (sic),


– au citoyen
Étienne L’Eparganz, volontaire à la 2ème compagnie du 3ème bataillon du Doubs, armée du Rhin division Magnier au quartier-général.

sehri

Un paquet sans adresse rempli de charpie4.


«
Vu la réponse du citoyen général SPARRE Alexandre, général de division commandant celle du Moyen-Rhin à la lettre qui en exécution de la délibération du corps municipal du 20 juin dernier, qui lui a été écrite pour lui transmettre copie du procès-verbal dressé pour l’ouverture d’un baril renfermant plusieurs effets d’habillement, ladite réponse en date du 1er juillet dernier portant que d’après les informations qu’il a prises le 3e bataillon du Doubs auquel les susdits effets appartiennent est campé en avant de Wissembourg et que la municipalité rendrait service à ce bataillon en lui faisant parvenir sans délai ces effets qu’il attend depuis longtemps et qu’il croyait perdus ou renfermés à Mayence. Après avoir entendu l’officier municipal administrateur des établissements publics et ouï le procureur de la commune, le corps municipal a chargé ledit administrateur de hâter l’envoi des susdits effets par l’intermédiaire du citoyen Gall correspondant des administrateurs des transports de l’artillerie et effets militaires et autres, après avoir prévenu de cet envoi le commandant Blanc, chef du 3e bataillon du Doubs. Et l’officier municipal administrateur des établissements publics ayant observé qu’il avait de suite fait transporter le susdit baril chez les citoyens Gall et Laufrey pour être par leur intermédiaire et à l’adresse du citoyen Blanc, rendu à sa destination. Vu aussi la reconnaissance, datée du 4 juillet, des susdits citoyens Gall et Laufrey et ouï les procureurs de la commune, le corps municipal a arrêté que la réponse ci-dessus du citoyen général Sparre le dire de l’administrateur des établissements publics seront consignés sur les registres. Ce baril a été ensuite envoyé au camp près de Minfeld et Blanc, chef du 3e bataillon du Doubs remercie les citoyens de Strasbourg par le courrier suivant : Nous avons reçu hier (7 juillet 1793) le baril d’effet que nous annonçait votre lettre en date du 4 de ce mois. Il faisait partie d’un don plus considérable adressé il y a 4 à 5 mois au 3ème bataillon du Doubs par la société populaire de Besançon, nous le croyons en entier à Mayence. Il est bien agréable aux volontaires d’en retrouver en ce moment une partie et d’en être redevable aux soins de la municipalité de Strasbourg. Veuillez, je vous prie, citoyen, leur transmettre l’expression de notre reconnaissance et agréer celle des sentiments de fraternité du chef du 3ème bataillon du Doubs ».

sehri

Portrait :

Jean Tiphaine, naquit à Paris en 1774, soldat au 3e bataillon du Doubs, tambour-major au 14e bataillon des Vosges (octobre 1793), sous-lieutenant au bataillon le 1er germinal an II.

Article de Laurent Brayard, avec l’apport des travaux d’Alain Klein

sehri

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tomes 3 et 4.

2 Journal Militaire de 1793.

3 Ordre de bataille de la collection Nafziger, 30 octobre 1793.

4 Sources : archives municipales de Strasbourg 281 MW 36.

Publicités