2e bataillon de la Corse

bataillon-de-volontaires-nationaux

2ème bataillon de Corse :

Date de formation : selon Belhomme, il fut formé à Ajaccio dès le 21 juillet 17911. D’après le commandant Dumont, il ne fut formé que le 1er avril 17922.

Formation :

Il se composait de 516 volontaires des districts d’Ajaccio et de Tallano. Les volontaires furent formés en compagnies, ceux d’Ajaccio au début de l’année 1792, ceux de Tallano, après une interminable période et beaucoup de difficultés à la fin mars 1792. Les compagnies furent organisées en bataillon, après bien des intrigues, manœuvres et cabales, le 1er avril 1792.

Historique :

1792 :

Il fut passé en revue sur la place d’armes, par le colonel Maillard, du 43e régiment d’infanterie, délégué par le maréchal de camp Rossi, assisté du commissaire des guerres Denis des Pinsarts, et des commissaires du directoire du département, Messieurs Arrighi et Quenza. Il n’avait aucun habillement, mais était complètement armé (2 avril). Il fut aussitôt réparti dans diverses garnisons à Corte, Bonifacio et Porto-Vecchio. Toutefois, les hommes raclèrent des pieds, rechignant à partir, tentèrent de s’emparer de la citadelle, puis se provoquèrent une insurrection (8 avril). Les désordres perdurèrent longuement et les volontaires ne plièrent le genou qu’à l’arrivée des commissaires (16 avril). Quatre compagnies furent envoyées à Bonifacio avec le commissaire Quenza (18 mai). La compagnie Pietri partit pour Porto-Vecchio (20 mai), et les compagnies Peretti (d’Ormetto), Gabrielli et Susini restèrent à Ajaccio. Elles poursuivirent les désordres et un grave conflit s’installa entre les volontaires et la municipalité. Le bataillon ne reçut son numéro dans l’ordre des bataillons de Corse que tardivement (21 juin). Une revue fut passée à Bonifacio par la compagnie de grenadiers et trois compagnies de fusiliers, qui n’étaient toujours pas habillées (16 septembre). Cinq compagnies se trouvaient sous les ordres de Bonaparte au quartier neuf d’Ajaccio (8 octobre).

1793 :

En janvier, il se trouvait à Ajaccio et Corte (2 janvier). Il se trouvait toujours sans habillement. Une loi du 5 février 1793 prescrivit l’organisation des 15ème, 16ème, 17ème et 18ème bataillons de chasseurs. C’est à cette occasion que le bataillon aurait dû être dissous pour entrer dans la composition de nouveaux bataillons. Cependant, avant cette opération, plusieurs compagnies participèrent à l’expédition contre la Sardaigne, et les îles de Maddalena (février), notamment les compagnies Peretti, Pietri, Ottavi et Tavera, elles fournirent un rapport (28 février). Après un long temps de latence, ne se conformant pas aux ordres de la Convention nationale, le bataillon s’insurgea contre la République, bien qu’il eut été officiellement licencié (18-20 avril), les volontaires s’emparèrent des magasins militaires de Bonifacio et forcèrent des éléments du 26e régiment d’infanterie à se replier vers Sartène. La plupart des hommes passèrent alors dans les rangs des forces contre-révolutionnaires de Paoli, bientôt allié aux Anglais.

État des cadres à la formation, revue du 2 avril 17923 :

État-major :

Lieutenant-colonel Giovanni-Battista Quenza, originaire d’Oletta, lieutenant-colonel en second Napoléon Bonaparte, de Corte, 23 ans, quartier-maître trésorier Antonio Robaglia, de Nice, 19 ans, adjudant-major Pietro Peretti, de Levie, 38 ans, adjudant sous-officier Giuseppe Lucioni, chirurgien-major Giovanni-Tomasi Susini.

Compagnie de grenadiers : capitaine Giacomo Peretti, de Bonifacio, lieutenant Domenico-Antonio Pianelli, du canton d’Istria, sous-lieutenant Giacomo-Pietro Peraldi.

1ère compagnie d’Ajaccio : capitaine Francesco Bonelli, de Bocognano, 32 ans, lieutenant Nunzio-Francesco Costa, de Bastelica, 29 ans, sous-lieutenant Giacomo-Battista-Giovanni Carli, du canton d’Ornano.

2e compagnie de Tallano : capitaine Giovanni-Battista Pietri, de Porto-Vecchio, lieutenant Simone Pandolfi, sous-lieutenant Francesco Rocca-Serra, du canton de Carbini.

3e compagnie de Tallano : capitaine Giovanni Peretti, d’Olmeto, 32 ans, lieutenant Paolo-Antonio Peraldi, de Zicavo, sous-lieutenant Giovanni-Battista Mela.

4e compagnie de Tallano : capitaine Antonio-Petro-Andrea Ortoli, de Sartène, lieutenant Giovanni-Battista Pietri, sous-lieutenant Antonio-Paduano Pietri.

5e compagnie de Tallano : capitaine Giovanni-Battista Ortoli, de Tallano, lieutenant Francesco-Maria Ortoli, sous-lieutenant Giacomo-Apollinari Quilichini.

6e compagnie d’Ajaccio : capitaine Matteo Ottavi, lieutenant Giovanni-Domenico Susini, de Frasseto, 28 ans, sous-lieutenant Bonaventura Léonardi.

7e compagnie d’Ajaccio : capitaine Filippo Gabrielli, du canton de Talavera, lieutenant San Severino Peraldi d’Ajaccio, 42 ans, sous-lieutenant Santo Peraldi, du canton de Mezzana.

8e compagnie d’Ajaccio : capitaine Giovanni Tavera dit Orsone, du canton de Celavo, lieutenant Ornuccio San-Damiani, sous-lieutenant Antonio-Santo Ribullio.

Portraits :

Severin ou Sanseverino Peraldi, né à Ajaccio en 1750. Ancien sergent-major au régiment provincial Corse, lieutenant du 2ème bataillon de volontaires corses dont Napoléon Bonaparte fut un temps lieutenant-colonel. Il devint capitaine (1799), et s’illustra au siège de Gênes (1800). Il fut nommé chef de bataillon (1801). Commandant d’armes dans diverses places d’Italie, à Plaisance, Novare, Modène, Porto-Longone, où il fut nommé le 11 avril 1802, puis à Bergame, Massa de Carrara, Rovigno, Pola, Malamocco, Mestre puis en Espagne à Hernani et Mondragon. Il prit sa retraite en octobre 1814.

Article de Laurent Brayard

sehri

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tomes 3 et 4.

2 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires, 1791, p. 69.

3 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires, 1791, p. 68.

Publicités