3e bataillon de la Corse

bataillon-de-volontaires-nationaux

3ème bataillon de Corse :

Date de formation : Selon Belhomme, il fut formé le 9 décembre 17911. Selon le commandant Dumont, le 7 mars 17922.

Formation :

Il se composait de 514 volontaires des districts de Bastia, de l’Isle-Rousse et d’Oletta. Ils furent rassemblés tardivement à Saint-Florent, le 7 mars 1792), formés en compagnies et en bataillon.

Historique :

1792 :

Il fut passé en revue par le maréchal de camp Rossi (24 mars), assisté du commissaire des guerres Denis des Pinsarts, et des commissaires du directoire du département. Il avait déjà non moins de 98 manquants dans ses rangs, les autres ayant une mauvaise tenue, nombre d’entre eux déguenillés et dépourvus de l’essentiel, la seule chose en ordre est qu’il était entièrement armé de fusils en bon état. Il fut réparti en garnison dans différents villages, l’état-major et 15 hommes par compagnie formant une division d’instruction installée à Calvi. Les grenadiers cantonnaient à Calenzana, la 1ère compagnie à Evisa, la 2e compagnie à Renno, la 3e compagnie à l’Isle-Rousse, la 4e compagnie à Speloncato, la 5e compagnie à Coggia, la 6e compagnie à Belgodère, la 7e compagnie à Vico, la 8e compagnie à Algajoda, la plupart du temps très mal logées. Le bataillon ne reçut son numéro dans l’ordre des bataillons de la Corse, par tirage au sort qu’à la date du 21 juin. Les grenadiers et la compagnie Fabiani se livrèrent à des excès et des désordres dans Bastia (22 juin), provoquant les protestations de la municipalité, qui dénonça les agissements du lieutenant Vincenti.

1793 :

En janvier, il se trouvait à Calvi et Saint-Florent. Il était sujet à la désertion de longue date, et il fut difficile de lui demander de fournir 200 soldats pour participer à l’expédition contre les Sardes, contre les îles Maddalena, aux ordres du commissaire Quenza et du lieutenant-colonel (2e bataillon) Bonaparte (février). Une loi du 5 février 1793 prescrivit l’organisation des 15ème, 16ème, 17ème et 18ème bataillons de chasseurs. C’est à cette occasion que le bataillon aurait dut être dissous pour entrer dans la composition des nouveaux bataillons. Lorsque Paoli lança l’insurrection générale contre les Français et les républicains, le bataillon entra en ébullition et en insurrection. Les troupes fidèles de la Convention employèrent la force pour le désarmer en partie à Calvi (20 avril). Beaucoup rallièrent les rebelles de Paoli, bientôt épaulés par des troupes anglaises.

État-major des cadres à la formation du bataillon, revue du 24 mars 17923 :

État-major :

Lieutenant-colonel Achille Murati, de Murato, 58 ans, lieutenant-colonel en second Giuseppe Arena, de l’Isle-Rousse, 20 ans, quartier-maître trésorier Agostino Giordani, adjudant-major Filippo-Maria Renucci, adjudant sous-officier Antonio-Matteo Marsiani, chirurgien-major Giuseppe-Maria Santelli.

Compagnie de grenadiers : capitaine Giuseppe Guasco, lieutenant Vincenzo Santa-Lucia, sous-lieutenant Pietro-Maria Graziani.

1ère compagnie d’Oletta : capitaine Filipo-Luigi Gavini, lieutenant Langravio Bonavita, sous-lieutenant Giuseppe Cammpocasso.

2e compagnie : capitaine Simone Lusinchi, lieutenant Giuseppe-Maria Leonetti, sous-lieutenant Antonia-Giuseppe Licciardi.

3e compagnie : capitaine Giovanni-Giacomo Costa, lieutenant Felice Piazza, sous-lieutenant Giovanni-Valerio Alibertuci, d’Olmeta, 41 ans.

4e compagnie : capitaine Domenico Fabiani, lieutenant Gregorio Graziani, sous-lieutenant Giovanni-Battista Vincenti.

5e compagnie de Bastia : capitaine Francesco-Saverio Giordani, lieutenant Pietro Poggi, sous-lieutenant Luigi Lota.

6e compagnie de Bastia : capitaine Salvadore Marchetti, lieutenant Carlo-Domenico Pasqualetti, sous-lieutenant Camillo Negroni.

7e compagnie de l’Isle-Rousse : capitaine Antonio-Leonardo Monti, du canton d’Ostriconi, lieutenant Giovani-Santo Leoni, sous-lieutenant Pietro Leoni.

8e compagnie d’Oletta : capitaine Giuseppe-Avocari Gentili, lieutenant Guiseppe Murati, sous-lieutenant Oliveiro Antonetti.

sehri

Article de Laurent Brayard

1 Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tomes 3 et 4.

2 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires, 1791, p. 71.

3 Commandant Dumont, Les bataillons de volontaires, 1791, p. 70.

Publicités