3e bataillon de l’Ariège

3e-bataillon-de-lariege

3ème bataillon de l’Ariège :

 

Date de formation : Selon Belhomme, il fut formé le 27 janvier 1792[1]. Les archives départementales (bulletin de la société ariègeoise des sciences, lettres et arts 1912),  confirment la date et donne Foix comme lieu de formation et comme commandant le lieutenant-colonel en 1er Amboix.

Formation :

Il s’agissait d’un bataillon de la levée de 1791, bien qu’il fut formé au début de 1792.

Historique :

1793 :

En janvier, le bataillon était en garnison à Collioure[2]. Le 1er septembre, il s’y trouvait encore, armée des Pyrénées-Orientales[3].

1794 :

Le 19 avril, le bataillon servait encore à l’armée des Pyrénées-Orientales dans les cantonnements éloignés du département de l’Aveyron[4]. En novembre, le bataillon se trouvait dans la 7ème division du général Massot, brigadiers Guy et Tisson, dans l’Aveyron, à Sète et Agde[5].

1795 :

Le 8 février, à Roses, le 7ème bataillon de la Montagne (Haute-Garonne) fut incorporé dans ses rangs.

Embrigadement/amalgame :

2e formation :

La 3ème demi-brigade provisoire de bataille fut formée le 22 septembre 1795, à Puyarda, selon Belhomme. Elle se composait du 3ème bataillon de l’Ariège, et des 2ème et 3ème bataillons des Pyrénées-Orientales. Elle fut versée dans les rangs de de la 57e demi-brigade de ligne et la 5e demi-brigade légère de seconde formation[6].

Article de Laurent B. iconographie de Jérôme Croyet

sehri

[1] Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

[2] Journal militaire de 1793.

[3] Ordre de bataille de la collection Nafziger, armée des Pyrénées-Orientales, 1er septembre 1793.

[4] Chuquet, Dugommier.

[5] Christian de Cau, Pérignon, Etat de situation de l’armée des Pyrénées-Orientales en novembre 1794.

[6] Champeaux, Etat militaire de la République française pour l’an douze, dédié au Premier Consul d’après son autorisation, 4e partie, p. 150.

Publicités